jusqu'au 19 septembre 2010 au musée de la Marine à Paris.

On voit apparaître de nouvelles constructions (...) effacer partout ce qui précédait, sans songer à en garder des traces, pour faire savoir à nos descendants ce qu’étaient nos navires, par quelles phases ils avaient passé avant nous, enfin pour laisser des matériaux aptes à en constituer l’histoire. (François-Edmond Pâris)

P1060488

http://www.musee-marine.fr/public/virtuel/touslesbateauxdumonde/index.html