Voici le récit de 3 weekends de bateau dans le garage. On y mange plus de poussières que d'embruns. Pardonnez-donc le manque de spectaculaire des photos de cette séquence. 

Néanmoins, il se peut que vous trouviez ici ou là des idées, des astuces, des méthodes qui vous rendent service pour de futurs bricolages.

Par rapport à la strate la plus ancienne du bateau (2008-2009), la construction fait la part belle aux tasseaux pour la structure. Ca économise un volume de résine non négligeable par rapport aux joints congés. Ce qui d'un point de vue économique et écologique n'est pas mal non plus.
Je vous rassure: pour l'extérieur, on continue à mettre la blinde d'époxy. 2 litres à ce jour pour les imprégnations, les collages, les joints-congés et un peu de stratification. Je pense qu'il faut encore 2 litres. Heureusement grâce à l'expérience et à Russel Brown, on travaille plus proprement et on gaspille moins.

Pour être dans l'air du temps, nous avons aussi essayé des renforts en fibre de lin. Ca se travaille bien. D'après la notice, c'est plus résistant à poids égal que la fibre de verre habituelle. Toutefois, il y a moins de choix. Le grammage du bibiais obtenu est un peu trop fort. Ca fait une belle couche de stratification bien épaisse qui boit pas mal de résine. On la réserve donc aux endroits les plus sollicités et on utilise la fine fibre de verre pour le tout venant. La fibre de verre a l'autre avantage d'être transparente. Ce qui permet, si le travail n'est pas trop dégueu, de laisser l'aspect bois. Ca aura un look plus écolo.

Voici ce que ça donne une fois tous les collages, joints congés et défonçage d'arrêtes terminés.

IMG_1726

 On peut en embarquer des kiwis !

IMG_1729

 Un gros coffre.


IMG_1730

 Un petit coffre.
Vivement qu'on le remplisse avec autre chose que des outils !


IMG_1732

C'était pas mal de boulot, mais je tenais à ce que les trappes soient bien intégrées dans l'épaisseur du pont.
C'est plus confortable pour se prélasser ou bivouaquer et tant pis si ça goutte dedans.

 

IMG_1736

Il reste à faire de la stratification sur les arrêtes, un peu d'enduit et de la peinture. Mais je n'avais plus qu'un fond de résine.

 

C'est un peu comme finir un deuxième bateau. J'ai vraiment hâte de voir ce que ça donne sur l'eau. Je suis à peu près persuadé de bien améliorer le confort de navigation et de bivouac. J'espère que les performances seront au moins aussi bonnes.

Je n'arrive pas à remettre la main sur mes calculs de poids. 
De mémoire, entre l'ancienne cabine, les hublots et la poutre-porte-mât en alu, on a gagné entre 20 et 25 kg. 
Ensuite, avec la structure en kerto (12kg), le cp de 5 pour le carrénage, le cp de 8 pour le pont (7kg ?), les trappes (5kg ?), il doit y en avoir pour un peu plus. Le problème c'est qu'on a de la place pour une bien plus grande glacière.

Un autre inconvénient: c'est plus difficile à manutentionner. Après les premiers essais, je crois qu'on ne peut plus débarquer qu'à 2 sur la plage en portant la bête.